Noeud de chaise simple

Comment faire un noeud de chaise simple en escalade

Le noeud de chaise simple est un noeud que je recommande d’utiliser en falaise ou sur SAE. Couplé à un double noeud d’arrêt, ce noeud ne présente aucun problème de sécurité, quelque soit le sens de passage du brin libre; souvenez vous, nos anciens qui s’encordaient sur un simple noeud d’arrêt… 😉

Je le déconseille pour une utilisation en grande voie, car il a plus de risque de se desserrer que le noeud de huit.

Historiquement, le noeud de chaise servait aux marins pour s’assoir dedans, d’où son nom.

Il était utilisé sans double noeud d’arrêt d’ou l’importance de son mode de conception (brin libre à l’intérieur, à l’inverse des photos ci-dessous. Le sens de passage du brin libre n’a pas d’importance quand il est couplé à un double noeud d’arrêt).

Avantages : noeud qui se desserre très facilement même après avoir été mis sous forte charge.

Inconvénients : est unidirectionnel.

Étape 1 :

Noeud-de-chaise-etape-1– réaliser un puits,

Étape 2 :

Noeud-de-chaise-etape-2– le brin de corde sort du puit,

Étape 3 :

– … puis Noeud-de-chaise-etape-3fait le tour de l’arbre,

Étape 4 :

Noeud-de-chaise-simple-escalade – le brin entre dans le puits,

– serrer votre noeud.

 

Attention, il faut ABSOLUMENT un double noeud d’arrêt pour éviter qu’il se desserre ou se retourne. Ce double noeud d’arrêt doit être collé au nœud de chaise.

8 thoughts on “Noeud de chaise simple

    1. Bonjour, quelque soit le sens que vous utiliserez, cela vous donnera un noeud de chaise, qu’il s’agisse du noeud historique ou de celui plus couramment utilisé.
      Les marins l’utilisait sans noeud d’arrêt et restaient toujours en tension dessus, d’ou l’importance du sens de passage du brin libre.
      Dans tous les cas, qu’il s’agisse du noeud historique ou bien de celui présenté, l’utiliser sans noeud d’arrêt est extrèmement risqué, puisqu’il peut se défaire ou se retourner (à l’image de la méthode de conception par absorption).
      Pour l’utiliser comme noeud d’encordement, il sera indispensable de confectionner un double noeud d’arrêt.
      Ce noeud est souvent dévalorisé par méconnaissance ou choix personnel d’encadrement.
      Je vous rassure, dans cette configuration et avec un double noeud d’arrêt, ce n’est pas du tout le « plus mauvais noeud du monde » comme indiqué dans le doc cité plus haut 😉 et il est aussi sécuritaire que le noeud de huit s’il n’est pas soumis à des frottements trop réguliers (escalade en renfougne et autre).

    1. Excusez-moi « aaa », mais j’ai toujours du mal avec les personnes qui postent un commentaire non étayé et avec un mail bidon de surcroit…
      Si ce n’est pas un noeud de chaise, cela veux dire que l’ensemble de la communauté grimpante est dans l’erreur depuis plus de 100 ans.
      Dite m’en plus, je suis preneur 😉

  1. En fait les photos 1 et 2 seraient plus claires si l’arbre montait et le serpent pendouillait vers le bas au lieu d’être montrés à l’horizontale. La partie critique pour réaliser ce noeud sans erreur quand on ne le connait pas est d’avoir le puits qui « tienne » quand le serpent pendouille vers le bas. La main cache un peu la partie critique du puits sur la photo 1, mais les photos 3 et 4 sont plus claires. Il faut bien que le serpent sorte du puits de bas en haut, comme sur les photos 3 et 4, pour éviter le mauvais noeud de GUMS. Après on peut faire le tour de l’arbre de gauche à droite ou de droite à gauche, ça ne change rien. GUMS montre un noeud avec un mauvais puits dans lequel le serpent rentre de « haut en bas » et arrive a rentrer de nouveau, sans être sorti ni avoir fait le tour de l’arbre ! Je ne sais pas si on peut le serrer mais c’est bien n’importe quoi… J’ai grimpé de nombreuses années sans problémes de desserage avec un bon noeud de chaise et double noeud d’arrêt (je suis « marin » à la base), même après une « journée » d’escalade sur des voies ABO/ABO+ de 500m et plus… L’inconvénient de moindre résistance me parait très théorique. Pour la résitance du noeud, il vaut mieux augmenter le diamètre de la corde et la changer régulièrement. Je pense que la corde cassera quand elle aura perdue en élasticité ou brisera les reins du grimpeur avant de casser au niveau du noeud de chaise. Et pour la sécurité, toujours penser à avoir de la marge sur la longueur de la corde pour les rappels !

    1. Bonjour JCL, il est vrai que les deux premières photos mériteraient d’être plus visuelles.
      La résistance résiduelle est effectivement de 65%; un peu inférieure au noeud de huit, mais largement suffisante pour un usage escalade. C’est bien le corps qui aura des séquelles squelettiques ou organiques avant le matériel (s’il est récent et en bon état).
      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *